« POUR FAIRE ENTRER QUOI QUE CE SOIT DANS TA VIE, IMAGINE QUE C’EST DEJA LA » (Richard Bach, fantastique auteur de « Jonathan Livingstone le goéland »)

L’intention parfois est brouillée par nos peurs, nos doutes et par le souvenir de nos échecs passés. On ne perçoit que des ombres, notre pensée s’enlise.

On finit par ne plus se croire capable de changer la réalité, oubliant au passage que nous sommes des créateurs. A chaque instant.

Dépasser le passé est un désapprentissage. Il nous faut « oublier » nos émotions stockées dans le corps puis, (comme le dit Joe Dispenza) le reconditionner à un nouvel esprit, une nouvelle émotion, un nouvel état d’être.

Ainsi, rappelez-vous QUI vous voulez être!

Préparez-vous à vous accueillir totalement…

Apprenez à vibrer cette intensité (avec ses émotions élevées, son système de pensée, sa signature énergétique, ses comportements et réactions) quand le futur projeté est PRESENT.

Alors, en ressentant ces émotions, vous apprenez chimiquement à votre corps à intégrer ce que votre esprit a déjà compris intellectuellement.

Votre nouvel esprit conditionne un nouveau corps. Et cela devient QUI VOUS ÊTES… Maintenant!

Alors…

Quelle plus grande expression de vous-même pouvez-vous incarner aujourd’hui?

Toutes nos blessures (rejet, abandon, trahison, humiliation, injustice…) sont des répliques du sens de la séparation avec notre essence « divine » .

Nous avons oublié qui nous sommes vraiment et la dualité prend les manettes, devenant notre « histoire personnelle » , nos attachements et nos blessures. Dès lors, nous adaptons des comportements réactifs, nous protégeant par des masques, des carapaces, des murailles, devenant tour à tour victimes, sauveurs ou bourreaux..

Si nous cherchons la source de ces blessures de base, nous la trouvons dans ce sens de la séparation primordiale, que tout être humain porte en lui dès la naissance. D’où la nécessité de travailler à la racine , ce qui est le coeur même d’une démarche spirituelle. Et nous redonne toute notre dignité d’Etre.

« Les gens inconscients … vous diront très rapidement qui ils sont en déclinant leur nom, leur prénom, leur profession, leur histoire personnelle, la forme ou l’état de leur corps, ainsi que toute autre chose à laquelle ils s’identifient.

D’autres gens peuvent sembler plus évolués parce qu’ils pensent être des âmes immortelles ou des esprits divins. Mais se connaissent-ils vraiment eux-mêmes ou bien n’ont-ils qu’ajouté quelques concepts d’allure spirituelle au contenu de leur mental?

Se connaître soi-même, c’est bien plus qu’adopter un ensemble d’idées ou de croyances. De telles idées ou croyances spirituelles peuvent certes être de bons indicateurs, mais elles ont rarement en elles-mêmes, le pouvoir de déloger les concepts centraux les plus fermement établis concernant votre identité, concepts qui font partie du conditionnement du mental humain.

Se connaître en profondeur n’a rien à voir avec toutes sortes d’idées qui flottent dans votre esprit. Se connaître, c’est être profondément enraciné dans l’être, au lieu d’être perdu dans le mental. »Eckhart Tolle

 » Puis le jour vint où le risque de rester à jamais un bouton de fleur devint plus douloureux que le risque d’éclore » (Anaïs Nin)

Eclore demande du courage car il faut être prêt à laisser ce que tu croyais être. Même si l’atmosphère dans le bourgeon était étouffante! Zone du connu ( la fameuse « zone de confort »!) , il est l’enfermement d’une identité délimitée par des étiquettes et définie par des expériences, leurs interprétations, les conditionnements et nos croyances. Bref: c’est ton histoire personnelle. Le fruit du passé. Et tu y crois.

Alors, que faut-il pour trouver le courage d’éclore? Pour que l’aspiration à t’éveiller l’emporte sur la peur de l’inconnu?

Ne lutte plus contre la peur mais invite-là à te tendre la clé qui ouvre la cage de ton âme. Tant que tu exiges la certitude, tu ne prendras aucun risque… Et le bouton de vie que tu es, inévitablement va se dessécher et tu regretteras plus tard d’en être resté là.

Laisse ta veilleuse intérieure, la lumière des élans de ton coeur, mener le bal!

Ton courage ( etymologie latin: cor – coeur) est d’accueillir la peur de tout ton coeur. Tu n’as pas à t’attaquer de front à ce qui te freine, mais simplement oser réaliser que ton courage est aussi grand que l’océan et tes possibilités infinies! Revisite ton propre attachement à ton histoire. Prend de la distance, libère ton énergie créatrice et ouvre-toi aux possibles. Le champ même de ton existence ne réagit pas à ce que tu veux mais à ce que tu es!

La fable de la colère

********************************************************************

Savez-vous pourquoi les gens crient les uns sur les autres lorsqu’ils sont en colère ?

Un sage hindou qui était en visite au Gange pour prendre un bain remarqua un groupe de personnes criant de colère les uns après les autres.Il se tourna vers ses disciples, sourit et demanda :

– Savez-vous pourquoi les gens crient les uns sur les autres lorsqu’ils sont en colère ?

Les disciples y pensèrent pendant un moment et l’un d’eux dit :

– C’est parce que nous perdons notre calme que nous crions.

.- Mais pourquoi criez-vous quand l’autre personne est juste à côté de vous ?, demanda le guide.Ne pourriez-vous pas tout aussi bien lui dire ce que vous avez à dire d’une manière plus douce ?

Aucune des réponses des disciples n’était suffisamment satisfaisante pour le sage. Il expliqua :

– Quand deux personnes sont en colère l’une contre l’autre, leurs cœurs sont séparés par une grande distance. Pour couvrir cette distance, ils doivent crier, parce qu’ils sont incapables de s’entendre. Plus ils sont en colère, plus ils ont besoin de crier fort pour arriver à couvrir cette grande distance.

– Qu’est-ce qu’il se passe lorsque deux personnes tombent en amour ? Ils ne crient pas à l’autre, mais ils se parlent doucement parce que leurs cœurs sont très proches. La distance entre eux est soit inexistante, soit très faible.

Le sage continua…

– Quand ils s’aiment encore plus, que se produit-il ? Ils ne se parlent pas, ils chuchotent et obtiennent encore plus de proximité et plus d’amour. Enfin vient un moment où ils n’ont même plus besoin de chuchoter, ils se regardent seulement, l’un et l’autre, et se comprennent.

Puis il regarda ses disciples et leur dit :

– Ainsi quand vous discutez les uns avec les autres ne laissez pas vos cœurs s’éloigner. Ne dites pas les mots qui vous éloignent davantage, ou bien viendra un jour où la distance sera si grande que vous ne trouverez pas le chemin du retour…

Auteur inconnu.

Les 5 blessures – guérison

Quand ces 5 blessures sont en voie de guérison, voici ce qui se passe en nous :
Le REJET :
Tu prends de plus en plus ta place, que tu oses t’affirmer. En plus si quelqu’un semble oublier que tu existes, tu peux être quand même bien dans ta peau.
L’ABANDON :
Tu te sens bien même si tu es seul et que tu recherches moins l’attention. Tu as de plus en plus envie de suivre tes projets et mêmes si certains ne t’appuient pas, tu peux continuer.
L’HUMILIATION :
Tu prends le temps de vérifier tes besoins avant de dire oui aux autres. Tu arrêtes de te créer des limites pour toi. Tu es capable également de faire des demandes sans te croire dérangeant.
La TRAHISON :
Tu ne vis plus autant d’émotions au moment où quelqu’un ou quelque chose vient déranger tes plans. Tu lâches prise plus facilement.
Tu ne cherches plus à être le centre d’attraction.
L’INJUSTICE :
Tu te permets d’être moins perfectionniste, de faire des erreurs sans vivre de colère ou de critique à toi-même.
Tu t’accordes le droit de montrer ta sensibilité, de pleurer devant les autres sans perdre le contrôle et sans peur du jugement des autres.

Après l’avoir longuement « pensée », grattée, contrée et mise sous le tapis , un beau jour tu décides de l’aimer, de t’aimer. Cette ( ou ces) blessure(s) qui t’empoisonnait la vie peut redevenir alors une énergie qui bouge et se transforme…

Mon job est d’accompagner l’âme blessée à remettre ses difficultés dans le flux du vivant et révéler ce qui a été oublié au passage du temps et de l’identification à la souffrance: la Confiance, la Sérénité. Au présent.


Hypnotiseur ou praticien en hypnose?

L’Hypnotiseur :

Dans la rue ou sur scène, ses tours amusent et impressionnent. On a tous en tête ces images de Messmer qui met son public en transe en quelques secondes… Ces gens hypnotisés qui se retrouvent dans un état modifié de conscience, à faire la poule par exemple. C’est de l’Hypnose Classique, qu’on appelle maintenant Speed Hypnose. Elle est relativement directive, ludique, souvent très efficace, mais ne peut pas être considérée comme un moyen d’aider au changement. Car celui qui la pratique n’y est pas formé tout simplement !

Le Praticien en Hypnose  ou  Hypnothérapeute :

Ce spécialiste des Etats Modifiés de Conscience (EMC) et de l’accompagnement utilise l’hypnose  comme outil de transformation. Il aide à soulager certaines dysharmonies du complexe corps/cœur/esprit (dans son sens cognitif mais aussi dans son acception spirituelle), amenant le consultant à apprendre à se mieux connaître, à envisager la réalité sous un autre angle, plus ouvert, holiste et créatif et ainsi à la transformer.

Dans ce cadre là, maintes problématiques liées à notre histoire personnelle peuvent être revisitées et changées (comportements, croyances, somatisations…).

Il faut toutefois se rappeler que l’Hypnothérapeute ne soigne pas.

Il aide simplement à ouvrir le champ des possibles aux forces d’auto-guérison que chacun porte en soi. Son activité ne se substituera jamais à un traitement dans le cas de pathologies nécessitant une prise en charge médicale.

KAA

Les outils ne manquent pas pour sortir du carcan des croyances et laisser sa vraie nature prendre son envol!

Agnès

Hypno – Sophro – RITMO – relaxo – Medit & Co 🙂